×

Annonce

There is no category chosen or category doesn't contain any items

KineLa Fédaration française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) a réalisé une étude démographique sur l'accès aux soins en kinésithérapie sur le territoire français.

 

Pilotée par Joy Raynaud, docteur en géographie et aménagement du territoire, consultante en expertise territoriale et accès aux soins, au sein du groupe de travail “démographie” de la fédération, cette étude avait pour objectif d’évaluer l’adéquation entre l’offre et le besoin de soins à l'échelle fine des bassins de vie/cantons-ville et de mesurer les tensions entre l’offre et la demande sur les territoires.

 

7 076 participants (10 % de l’effectif des kinésithérapeutes libéraux), répartis sur 64 % des bassins de vie ont répondu à l'enquête entre avril et mai 2021.

 

Une forte saturation dans tous les territoires

Les principaux résultats montrent de fortes tensions sur l’offre de soins. Seul 32 % de professionnels sont ainsi capables de proposer un rendez-vous pour une prise en charge urgente ou pour une maladie chronique. Cette saturation s'observe das tous les territoires : communes denses, espaces ruraux enclavés, zones dites “sur-dotées” comme celles “très sous-dotées”. 82 % des répondants se sentent ainsi surmenés et 87 % observent une augmentation de la demande. 

 

Des difficultés d'accès aux soins pour les patients

Les patients se heurtent à des difficultés d'accès aux soins et à une forte probabilité de refus. Chez les 32 % de kinésithérapeutes capables de proposer un rendez-vous rapidement à un nouveau patient, la médiane du délai d'obtention d’un rendez-vous est de 3 jours pour un soin rapide et de 10 jours pour un soin chronique.

Presque la moitié des répondants estiment qu’ils ne sont pas en mesure de proposer autant de rendez-vous hebdomadaires qu’ils estiment suffisants pour une prise en charge optimale de leurs patients. Ces tensions ont pour conséquences des reports de soins, des aggravations des pathologies, des risques de chronicisation et des renoncements aux soins.

 

Des préconisations pour améliorer la prise en charge

La FFMKR a émis une série de préconisations pour limiter ces tensions entre l'offre et la demande :

• autoriser l’accès direct au kinésithérapeute afin de lui permettre de plus facilement hiérarchiser la priorité des prises en charge ;
• supprimer la prescription quantitative afin de laisser le kinésithérapeute déterminer le nombre de séances adapté aux besoins de soins du patient ;
• permettre au kinésithérapeute de prescrire de l’activité physique adaptée (APA) ;
• revoir les « curseurs » du zonage démographique ;
• redéfinir et affiner les zones qualifiées de “sous-dotées” et “très sous-dotées” ;
• inciter et favoriser l’accueil des étudiants pour effectuer leurs stages et/ou études dans les zones et bassins de vie / cantons-villes que nous avons identifiés comme étant les plus fragiles.

 

La FFMKR souhaite poursuivre ces travaux en partenariat avec la CNAM et la DGOS qu’elle a déjà rencontrées pour analyser la perception de ce phénomène du point de vue des patients et mesurer l’impact sur leur santé. Plusieurs paramètres mériteraient d’être analysés, comme la distance parcourue entre le domicile des patients et les cabinets de kinésithérapie pour mieux considérer les flux des patients, ou encore sur la perception des patients concernant la difficulté d'accès aux soins et les tensions offre/demande, l’impact du report ou du renoncement aux soins sur leur santé et pour finir le rapport coût/bénéfice de l’investissement dans les soins de kinésithérapie.

 

 

En savoir +

Communiqué de presse FFKMR

 

 

©Photo : javi_indy

Journée de la Plateforme 2021 WebCovid-19 et après..

Les webinaires 

 

de la Plateforme sanitaire et sociale

 

Hauts-de-France

 

 

Le jeudi 17 juin de 10:00 à 12:00

 

 LES VIDÉOS DU WEBINAIRE

 

En partenariat avec le Siilab (Dreets Hauts-de-France)

 

 

 

 

 

Les impacts sociaux de la crise sanitaire

 

 

Résumé du webinaire

 

Les impacts sociaux de la crise ont été abordés sous plusieurs angles.

Pour Julie Chapeau (Département du Nord), les signalements de violences intra-familiales, conjugales et à l’encontre des mineurs protégés ont connu une augmentation via le numéro national 119. Dès l’été, les ordonnances de placement provisoire pour l’enfance en danger ont sensiblement augmenté.

 

Vanessa Stettinger (université de Lille) a évoqué l’accroissement des inégalités sociales, notamment avec l’apparition d’une nouvelle population appelée « les pauvres de la pandémie ».

 

En évoquant l’étude CABEnfant, Marie Danet (université de Lille), a montré la relation à double sens entre les difficultés comportementales et émotionnelles des enfants et le vécu négatif que les parents avaient de la crise. Les conséquences à long terme que toutes les deux tirent sont le risque d’augmentation de la pauvreté, des tensions et violences familiales ainsi que du décrochage scolaire.

 

Pour Grégory Dubois (Département du Nord), les professionnels de l’aide sociale à l’enfance ont observé chez les enfants protégés un léger accroissement des troubles du comportement, une utilisation « addictive » des outils numériques, et l’apparition de phobies sociales ou scolaires, la peur d’attraper le virus ou des troubles obsessionnels convulsifs, comme un lavage excessif des mains.

 

Luc Roussel (Fédération des centres sociaux du Nord et du Pas-de-Calais) confirme que cette période a été un révélateur de tendances de fond lui préexistant. Le dispositif Monalisa (Mobilisation nationale contre l’isolement social des personnes âgées), co-animé par la Fédération, a mis en exergue la grande diversité que recouvrait le terme de vieillissement : entrée dans un processus de vulnérabilité renforcée par les conditions de vie (logement, ou les relations sociales). Pour maintenir le lien social, le dispositif Monalisa a organisé pour les travailleurs sociaux et les bénévoles des formations sur l’écoute active et mené des actions d’ « allez vers » par téléphone, sur les réseaux sociaux, à domicile ou dans l’espace public.

 

Les capacités d’accueil en hébergement ont certes été accrues durant la crise, mais Bernard Lacharme (association Dalo) déplore que les mesures prise pour lutter contre la pandémie ont aggravé la situation des personnes à la rue ou logées dans des conditions indignes tandis que les procédures d’accès aux droits au logement et à l’hébergement ont été perturbés.

 

 

 

L'intégralité du webinaire

 

 

Miniature Impacts sociaux youtube

 

 

 

 

 

 

 

 

Julie Chapeau, département du Nord

Quels effets de la mobilisation de la société civile

sur le repérage des mineurs en danger ?

 

Miniature Julie chapeau youtube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vanessa Stettinger, université catholique de Lille

Fragilisation des enfants durant la pandémie, aspects sociologiques

 

Miniature Vanessa Stettinger youtube

 

 

 

Marie Danet, université catholique de Lille

Fragilisation des enfants durant la pandémie, aspects psychologiques

 

 

Miniature Marie Danet youtube

 

 

Grégory Dubois, département du Nord

La santé des enfants protégés

 

Miniature Gregory Dubois youtube

 

 

 

Luc Roussel, Fédération des centres sociaux du Nord et du Pas-de-Calais

Le dispositif Monalisa

 

Miniature Luc Roussel 1 youtube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bernard Lacharme, Association Dalo

L'impact de la crose du Covid sur le logement et l'hébergement

des personnes sans domicile ou mal logées

  

 

Miniature Bernard Lacharme youtube

 

 

 

 

 

Animation

 

Julien Salingue (Anthropo-Lab université catholique de Lille) 

 

 

 

Les autres dates à retenir

17 juin : Les modifications sociales

24 juin : Et après...

 

 

 

Déjà passé (regarder les webinaires)

 

 

Youtube Webinaire

 

 

 

 

20 mai : Les données : accès aux présentations du webinaire

 

 

 

 

 

 

Mignature

 

 

 

27 mai : L'impact sanitaire

 

 

.

 

 

 

 

 

 

Journée de la Plateforme 2021 WebCovid-19 et après..

Les webinaires 

 

de la Plateforme sanitaire et sociale

 

Hauts-de-France

 

 

Le jeudi de 10:00 à 12:00

 

LES VIDÉOS DU WEBINAIRE

En partenariat avec le Siilab (Dreets Hauts-de-France)

 

 

 

 

 

27 mai : Les impacts sanitaires

Organisation des soins 

et accès aux soins lors de la crise sanitaire : 

quelles leçons en tirer ?

 

 

 

Résumé du webinaire

 

Par l’adaptation des plans existants, les hôpitaux ont anticipé l’épidémie ainsi que le souligne Maxime Gignon (CHU Amiens), même s’il a fallu désorganiser des services pour ouvrir des unités Covid. Pour Rodolphe Bourret (CH Valenciennes), l’accès aux soins a aussi été dépendant du type de gouvernance des hôpitaux. Une organisation décentralisée a permis des réponses plus réactives. L’activation des cellules de crise, la multidisciplinarité des intervenants ont, pour Patrick Goldstein (CHRU), fait que l’hôpital a pu se réinventer lors des trois vagues qui se sont succédé, comme par la création de réanimations éphémères.

 

Le confinement total de l’Ehpad La Colombe à Roncq, rapporté par Nina Muteba, montre aussi comment une structure s’est réorganisée pour déterminer une zone de confinement, créer la logistique de communication avec l’extérieur (familles, élus, médias), organiser les soins en interne. Aucun cas de Covid-19 n’a été dénombré et des effets bénéfiques sur les résidents et le personnel ont été mesurés.

 

P. Goldstein, comme M. Gignon et R. Bourret soulignent la territorialisation de l’organisation des soins, des réseaux et de la réflexion dans le cadre des GHT ou sur des zones infra-départementales. Voulue et pilotée par l’ARS, elle a permis une réelle coordination et solidarité entre les hôpitaux et a amélioré les prises en charge. Elle a facilité une veille scientifique et médicale et a accéléré la diffusion de l’information validée et des bonnes pratiques. Tous soulignent aussi l’impact durable sur l’organisation hospitalière que sera l’usure et l’épuisement des professionnels avec un absentéisme fort et des départs massifs d’infirmiers et d’aides-soignants de l’hôpital. Pour P. Goldstein, le virage ambulatoire a réduit la marge de sécurité des hôpitaux. Nabil El Beki (CH Valenciennes) considère qu’il faut revoir cette politique prise il y a vingt ans et repenser les équilibres budgétaires.

 

La question de l’éthique a aussi été largement débattue. Jean-Philippe Cobbaut (université catholique de Lille) pense que l’éthique participe de la gouvernance et du soin vu comme démarche d’apprentissage et pour de nouvelles collaborations. Une autre question éthique est celle des soignants qui se sont peut-être vus comme potentiellement responsables de la contamination à l’hôpital.

 

Pour M. Gignon, les questions éthiques ont aussi traversé les visites des familles ou la gestion des défunts. P. Goldstein comme N. El Beki ont aussi fait référence à la notion médiatisée de tri des patients mais qui n’a pas été appliquée. Pour J.-Ph Cobbaut, il faut s’interdire une éthique d’exception de crise, car la tendance pourrait être celle d’établir des procédures de sélection des malades, alors que l’hôpital a su s’adapter, en pratiquant, indique P. Goldstein, le juste soin sur la base d’un rapport bénéfice-risque.

 

 

 

 

Mignature

 

 

La vidéo complète du webinaire

 

 

 

 

 

 

 

Partie 1 : Organisation des soins

 

 

 

 

Impacts sanitaires Urgences YouTube

 

 

Partie 2 : Urgences et réanimation

 

 

 

 

Impacts sanitaires Sant numrique

 

 

Partie 3 : Santé numérique

 

 

 

 

 

 

Avec la participation de : 

 

Jean-Philippe Cobbaut

Juriste, philosophe, HDR en Santé publique, professeur d'éthique médicaledirecteur du Centre d'éthique médicale, université catholique de Lille

 

 

Dr Nabil El Beki 

Chef du Pôle urgences réanimation anesthésie médecine polyvalente et chef du Pôle Soins de suite et réadaptation Jean Stablinski

Centre hospitalier de Valenciennes

 

 

Pr Maxime Gignon 

Membre du Haut conseil de la santé publique, Chef du pôle Prévention, risques, information médicvale et épidémiologique, CHU Amiens  

 

Dr Patrick Golstein

MD FESC, Chef de Pôle de l'urgence, Chef de service du samu Nord, CHRU Lille

Nina Muteba

ex-directrice Ehpad La Colombe, Roncq

 

 

Rodolphe Bourret

Directeur général du Centre hospitalier de Valenciennes

 

 

Lina Williatte

Docteur en droit privé, professeur HDR des universités catholiques. Avocate au barreau de Lille, directrice  du Master Droit de la santé et de la responsabilité médicale. Co-titutlaire de la Chaire Droit et Éthique de la santé numérique, directrice du C3RD, vice-présidente de la Société française de santé numérique

 

 

Les autres dates à retenir

10 juin : L'impact économique

17 juin : Les modifications sociales

24 juin : Et après...

 

 

 Déjà passé (regarder les webinaires)

 

 

Youtube Webinaire

 

 

20 mai : Les données : accès aux présentations du webinaire

 

 

 

 

.

Inscrivez-vous ici : https://framaforms.org/covid-19-et-apres-webinaires-2021-de-la-plateforme-sanitaire-et-sociale-hauts-de-france-1617823628

Auteur
Date
Titre
Mots clés

30-07-2021 | Médico-Social

Suite au rapport de l’IGAS (2019) et à la concertation lancée sur l’évolution des Esat début 2021, Sophie Cluzel, secrétaire...

Lire la suite

30-07-2021 | Santé

La Fédaration française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) a réalisé une étude démographique sur l'accès aux soins en...

Lire la suite

13-07-2021 | Social

L’Observatoire Data Publica s’est intéressé à la place du numérique dans les équipes municipales après les élections...

Lire la suite

13-07-2021 | Social

La 5e conférence régionale des acteurs de prévention et de la lutte contre la pauvreté s’est tenue...

Lire la suite

13-07-2021 | Social

Le 1er avril 2021, l’ex-DIRECCTE et l’ex-DRCS se sont regroupées pour former la direction régionale de l’économie...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 12 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de juin 2021                  Au sommaire de ce numéro                 RÉGION 2  ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 11 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de mars 2021              Au sommaire de ce numéro           RÉGION 2  ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 10 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France d'octobre 2020              Au sommaire de ce numéro           RÉGION 2   Droits...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéros 9 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de juillet 2020              Au sommaire de ce numéro                         RÉGION 2  ...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéros 8 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de mai 2020              Au sommaire de ce numéro                         RÉGION 2  ...

Lire la suite

Abonnement

Pour recevoir les publications de la Plateforme sanitaire et sociale de Hauts-de-France, cliquez sur le bouton Abonnement

abonnementabonnement

 

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En validant ce message vous acceptez l’utilisation des cookies.