FOCUS

 

Europe & santé

 

Habitat Défi-Jeunes (Interreg V) - Quand l'habitat relève le défi du besoin d'accompagnement des jeunes : vers un accompagnement multiple, global et intégré

 

Soutenu par le Fonds européen de développement régional, la Métropole européenne de Lille et la Région wallonne, le projet Habitat Défi-Jeunes réunit, depuis 2018 dans un dialogue transfrontalier, sept partenaires wallons et français opérateurs de terrain du logement, de l’insertion et de la formation sociale (l’Institut Social de Lille, l’association Arcadis, l’URHAJ, Habitat et Participation Asbl, Relogeas, l’Etape et la Haute École Louvain en Hainaut). Tous ont en commun de s’intéresser aux jeunes entre 18 et 30 ans, Wallons et Français, confrontés à la difficulté de se loger, ancrage préalable et nécessaire, pour s’insérer, se former, accéder à l’emploi, problèmes qui peuvent se complexifier quand on souhaite travailler, voire s’ancrer sur un autre territoire voisin... Comment accompagner les jeunes les plus vulnérables ? Comment les intéresser, les accrocher, les motiver ? Comment les aider à se faire confiance, à découvrir leur potentiel, leurs compétences ? Comment les soutenir dans leur projet de vie ? Ces questions ont été mises au travail dans une pluralité d’espaces réunissant des jeunes accompagnés, professionnels, enseignants et de futurs professionnels de l’accompagnement social, afin de créer ensemble de nouvelles pratiques et outils d’accompagnement autour des questions de l’habitat, de la formation, de l’emploi et de la mobilité. Un colloque conclusif sera organisé à la Métropole européenne de Lille le 21 novembre 2022.

 

P8 HabitatDefiJeunes2

 

Création d'une offre de formation transfrontalière sur l'accompagnement social des jeunes

 

Depuis plusieurs années grâce à Interreg, un rapprochement transfrontalier entre des professionnels, enseignants et formateurs du travail social français et belges est en cours dans notre région. Partageant des problématiques et interrogations communes quant à la situation des jeunes fragilisés dans leur insertion socioprofessionnelle, ces partenaires Interreg ont coconstruit un nouveau projet en 2018 visant à articuler les dynamiques de formation-emploi-mobilité des jeunes accueillis dans les structures d’hébergement et au sein des organismes de formation en travail social (Institut Social de Lille – antenne de Maubeuge, Haute École Louvain en Hainaut). Ce projet a permis le développement d’un dispositif d’observation et d’analyse partagée de la situation des jeunes vulnérables sur notre territoire avec la volonté de croiser les regards et de mettre en synergie les apports de l’ensemble des parties prenantes.

 

Dans cette perspective, un module de formation transfrontalier inter-écoles centré sur la thématique de la jeunesse et de l’habitat, thématique de l’Interreg V, a été construit au cours de l’année universitaire 2021-2022. Une trentaine d’étudiants, issus des deux écoles en formation d’assistant de service social, ont participé à la construction de ce module, accompagnés par des formateurs et enseignants des deux établissements, mais aussi en lien étroit avec les partenaires de terrain. Explorant ensemble la façon dont les jeunes vivent leur jeunesse d’un côté et de l’autre de la frontière, ils ont été amenés à mettre en mots les maux de la jeunesse, conscientiser les spécificités de l’accompagnement des plus vulnérables dans le contexte sanitaire, économique et politique actuel, ainsi que les réponses institutionnelles mises en place ou en projet. Ponctué par des séminaires, visites de structures, échanges avec des jeunes accueillis et ateliers collaboratifs, production de capsules vidéo pédagogiques, dans une optique de propension et de lâcher prise, ce module qui marque la rencontre entre l’action, la formation et la recherche dans un cadre transfrontalier, est une occasion de travailler autrement le développement des pratiques professionnelles sur ce territoire. Cette focale transfrontalière permet d’interroger ce qui sépare, ce qui rassemble. Elle représente la valeur ajoutée de l’approche réflexive, compétence centrale dans les métiers de l’humain.

Le prochain Interreg VI permettra à ces partenaires de poursuivre leur engagement pour promouvoir ensemble la mise en œuvre de pratiques émancipatrices et participatives en vue de soutenir un développement local intégré et inclusif, au plus près des citoyens et notamment des plus fragiles.

 

 

En savoir +

Le programme Interreg France-Wallonie-Vlaanderen

Le projet Habitat Défi-Jeunes

 

Aussi sur PF2S

InTerESanT, améliorer l’accès aux soins des populations frontalières

Fondation Abbé-Pierre : 24e rapport sur le mal-logement

 

 

 

FOCUS

 

Europe & santé

 

Le plan de relance européen

 

P5 EuropeEtSante2Destiné à stimuler la relance de l’économie européenne après la pandémie de Covid-19, le plan de relance européenne 2021-2027 se veut être l’occasion de rendre l’Europe plus verte, plus numérique et plus résiliente.

 

Associé au plan NextGenerationEU, instrument temporaire destiné à stimuler la reprise, le budget de l’Union européenne 2021-2027 constitue un vaste train de mesures de relance dont le montant s’élève à plus de 2 000 milliards d’euros. Parmi les mesures principales de ce plan, la moitié du budget est destinée à la modernisation de l’UE grâce à :
- la recherche et l’innovation ;
- des transitions climatiques et numériques équi-tables ;
- la préparation, la reprise et la résilience, notamment via « L’UE pour la santé » (EU4Health), un nouveau programme dans le domaine de la santé qui doit notamment permettre d’améliorer la résilience des systèmes de soins de santé.
En outre ce plan de mesure porte aussi sur la modernisation des politiques traditionnelles (comme la politique agricole commune), la lutte contre le changement climatique, la protection de la biodiversité et l’égalité femmes-hommes.

 

Le plan NextGenerationEU, destiné à réparer les dommages économiques et sociaux immédiats causés par la pandémie de Covid-19 et doté d’un budget de plus de 800 milliards d’euros, comprend un volet sur le soutien à la reprise en faveur de la cohésion et des territoires de l’Europe (REACT-EU). REACT-EU doit ainsi contribuer à une relance économique verte, numérique et résiliente.

 

 

En savoir +

Plan de relance pour l’Europe

L'UE pour la santé (EU4Health)

 

Aussi sur PF2S

Europe et santé : quelles opportunités pour les Hauts-de-France ?

REACT-EU en Hauts-de-France : pour une offre de soins régionale plus résiliente

 

 

 

RÉGION

 

Sciences Po Lille et la Région Hauts-de-France engagés pour une société plus inclusive

 

Depuis 2019, Sciences Po Lille et la Région Hauts-de-France (direction de la Santé) sont partenaires pour une société plus inclusive au service du bien commun. En effet, sur la base d’une convention d’action, les deux entités se sont investies avec force dans le domaine de la santé mentale des publics étudiants et apprentis. Le choix de la problématique s’est imposé face au constat de la hausse constante du nombre de jeunes adultes en formation présentant des troubles cognitifs et psychiques, dans leur diversité, avec des conséquences importantes (souffrance dans les études ou en apprentissage, décrochage scolaire, limitation de l’épanouissement de talents précieux). Or, les solutions structurelles à apporter pour relever le défi d’une meilleure inclusion universelle de ces profils sont encore trop peu connues et déployées de manière satisfaisante. Ainsi, le but du partenariat noué est de répondre à cette situation, qui loin d’être une contrainte, est au contraire une formidable opportunité de levier d’innovation pédagogique au bénéfice de toutes et de tous. L’ambition est aussi de rassembler et de faire dialoguer les personnes engagées dans un même objectif de progrès sur un enjeu sociétal majeur.

 

Ce partenariat compte déjà des réalisations notables, au-delà de ses effets d’entrainement et d’impact auprès d’autres acteurs. Parmi elles, peut être cité : la création d’un programme Inclusion à Sciences Po Lille, qui est devenu une référence en matière d’expertise sur le sujet, avec notamment la mise en place d’un dispositif d’accompagnement et de soutien pédagogique individuel des publics étudiants porteurs de troubles cognitifs et psychiques ; l’expérimentation d’outils de sensibilisation, de prévention (décrochage scolaire, conduites à risques) et de remédiation ; le développement d’une méthode originale d’écoute musicale active (outil d’autorégulation émotionnelle et cognitive) ; la conception et le déploiement de divers formats de modules de sensibilisation et de formation à destination des personnels enseignants et de scolarité des établissements, mais aussi d’autres professionnels (médico-sociaux, socio-éducatifs) et des entreprises (insertion professionnelle adaptée).


La diffusion de ses réalisations est également un volet à part entière du travail effectué par Sciences Po Lille, avec le soutien de la Région Hauts-de-France.

 

David Delfolie, enseignant-chercheur à Science Po Lille et chargé de mission Inclusion

 

 

P4 PartenariatInclusion SPL HDF Photo Legende

 

Journée thématique du 31 mai 2022

 

Le mardi 31 mai 2022, Sciences Po Lille et la Région Hauts-de-France ont organisé, dans le cadre de leur partenariat, une journée thématique intitulée « Troubles cognitifs et formation : vers une meilleure inclusion universelle (enseignement supérieur et apprentissage) ». Placée sous le patronage d’Alain Bouhours, chef du département Réussite et égalité des chances du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), elle a été ouverte par Pierre Mathiot, directeur de Sciences Po Lille, Anne Pinon, vice-présidente de la Région Hauts-de-France en charge de la santé et des formations sanitaires et sociales, et Emmanuelle Jourdan-Chartier, vice-présidente de l’Université de Lille, en charge de la vie étudiante et de campus. La matinée a été principalement consacrée à la présentation des outils de sensibilisation et d’intervention développée par Sciences Po Lille, avec le soutien de la Région Hauts-de-France. L’après-midi, s’est poursuivie par une table ronde dédiée aux solutions d’innovation pédagogique et d’accompagnement, et une conférence sur le trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H).

 

 

En savoir +

Troubles cognitifs et formation : quelles solutions ?

Inclusion universelle : manager et accompagner le handicap

 

Aussi sur PF2S

Desmha : handicap et université

Deux circulaires pour inclure à l'école

 

 

 

 

FOCUS

 

Les seniors

 

L'habilitation familiale

 

En cas de maladie, handicap ou accident, les facultés d’une personne peuvent être altérées et la rendre incapable de défendre ses intérêts. Outre les mesures classiques comme la tutelle ou la curatelle, le juge des tutelles peut décider de mettre en place une habilitation familiale, mesure de protection juridique de plus en plus plébiscitée, qui favorise la proximité familiale.

 

L’habilitation familiale permet à la personne habilitée par le juge d’assister ou de représenter ce proche protégé afin d’assurer la sauvegarde de ses intérêts. Cette représentation peut être générale (ensemble des actes d’administration et de disposition des biens) ou partielle. L’habilitation, qui ne peut être délivrée que si le contexte familial ne présente aucun conflit, est confiée à un membre de la famille désigné par le juge : ascendant (parent, grand-parent), descendant (enfant, petit-enfant), frère ou sœur, époux, concubin ou partenaire de Pacs.

 

L’habilitation doit faire l’objet d’une demande auprès d’un juge, accompagnée d’un certificat médical circonstancié. Contrairement aux mesures de protections judiciaires comme la tutelle, une fois l’habilitation délivrée, il n’y a plus de contrôle par le juge. En cas d’habilitation générale, la durée est de 10 ans maximum (20 ans si une amélioration de l’état de santé du proche protégé n’est pas envisageable).

 

 

En savoir +

Protection juridique des majeurs, le site d'information du CREAI Hauts-de-France

Informations sur l'habilitation familiale

 

Aussi sur PF2S

Garantir la capacité civile et politique des personnes en situation de vulnérabilité

Pacte pour l'enfance

 

 

 

FOCUS

 

Les seniors

 

Les seniors, principaux utilisateurs des services à la personne

 

Les services à la personne (SAP) incluent les services dédiés à l’assistance aux personnes âgées ou en situation de handicap, les services aux familles (par exemple les gardes d’enfants) et l’aide à la vie quotidienne (aide au ménage, jardinage, etc.). Le recours aux SAP s’accroît depuis de nombreuses années, notamment du fait du vieillissement de la population et des politiques publiques (crédits d’impôts, aides à la prise en charge de la dépendance).


En 2018, 12,3 % des ménages des Hauts-de-France ont recours aux services à la personne, soit 308 000 ménages. Le niveau de vie, l’âge et la structure familiale des ménages influent fortement sur le recours aux SAP.


Les personnes âgées sont nombreuses à avoir besoin d’aide dans leur vie quotidienne, notamment lorsque leur état de santé se dégrade. Ainsi, dans la région, 43 % des ménages dont la personne de référence a 80 ans ou plus les utilisent, contre 3 % pour les moins de 35 ans (figure 1). Les ménages seniors – dont la personne de référence a 65 ans ou plus – représentent 58 % des ménages utilisateurs contre 29 % des ménages fiscaux.


Parmi les ménages jeunes, ce sont les couples avec enfant(s) qui ont le plus recours aux SAP. À l’inverse, chez les ménages seniors, les plus utilisateurs sont ceux vivant seuls. En effet, les ménages seniors vivant en couple recourent moins aux SAP, ceux-ci étant moins âgés et les conjoints pouvant s’entraider en cas de dépendance de l’un d’eux. De même, la présence d’enfants vivant sous le même toit diminue le taux de recours des ménages seniors.

 

ArticleInsee

 

Les besoins en aide aux seniors dépendants devraient fortement augmenter d’ici 2050


D’ici 2050, sous des hypothèses de prolongements démographiques et de maintien des politiques publiques, il y aurait 109 000 ménages utilisateurs de SAP de plus qu’en 2018 dans les Hauts-de-France. Cette hausse de 35 % s’explique par l’arrivée aux grands âges de la génération du baby-boom et par l’augmentation de l’espérance de vie. En 2050, 7 ménages utilisateurs de SAP sur 10 seraient des ménages seniors.


Le nombre de salariés des SAP dans les Hauts-de-France passerait de 101 000 en 2018 à 163 000 en 2050, soit une hausse de 62 %. À ces besoins d’emplois supplémentaires s’ajouteront de nombreux départs à la retraite des salariés des SAP dans les prochaines années. Les enjeux de recrutement et de formation de ce secteur seront ainsi élevés, alors qu’il souffre actuellement d’une faible attractivité du fait des conditions d’emploi et du niveau des salaires.

 

Solène Hilary, Annie Moineau et Laurence Pen, Insee

 

 

En savoir +

Le recours aux services à la personne augmenterait fortement d’ici 2050

Près de 110 000 seniors dépendants en plus d’ici 2050

L’accompagnement des seniors dépendants : 9 300 emplois à créer d’ici 2030

 

Aussi sur PF2S

L’autonomie, la cinquième branche de la Sécurité sociale, en passe de devenir réalité

Hébergement des personnes âgées en Hauts-de-France

 

 

 

Sous-catégories

08-08-2022 | Santé

EUROPE   Lancement de l'espace européen des donnes de santé   Le 3 mai dernier, la Commission européenne a lancé le...

Lire la suite

08-08-2022 | Santé

NATIONAL   Urbanisme et santé : pour des pratiques propices à la santé   Santé publique France a dédié le dernier...

Lire la suite

08-08-2022 | Social

FOCUS   Europe & santé   Habitat Défi-Jeunes (Interreg V) - Quand l'habitat relève le défi du besoin d'accompagnement des jeunes...

Lire la suite

08-08-2022 | Santé

FOCUS   Europe & santé   InTerSanT, améliorer l'accès aux soins des populations frontalières     Depuis plus de dix ans, les habitants frontaliers...

Lire la suite

08-08-2022 | Santé

FOCUS   Europe & santé   Table ronde : l'Europe, quelles opportunités pour les acteurs de la santé numérique ?     Le 20...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 16 de la Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de juin 2022   Au sommaire de ce numéro   RÉGION 2 L'ARS dévoile le...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 15 de la Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de mars 2022   Au sommaire de ce numéro   RÉGION 2 La médiation numérique...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 14 de la Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de décembre 2021   Au sommaire de ce numéro   REGION 2 L’université d’Artois...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 13 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France d'octobre 2021     Au sommaire de ce numéro        RÉGION 2   Vulnérabilité territoriale 2...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 12 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de juin 2021                  Au sommaire de ce numéro                 RÉGION 2  ...

Lire la suite

Abonnement

Pour recevoir les publications de la Plateforme sanitaire et sociale de Hauts-de-France, cliquez sur le bouton Abonnement

abonnementabonnement

 

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En validant ce message vous acceptez l’utilisation des cookies.