FOCUS

 

Europe & santé

 

Europe et santé : quelles opportunités pour les Hauts-de-France ?

 

 

P5 EuropeEtSante2Face à la pandémie de Covid-19, l’Union européenne (UE) a dû agir rapidement et prendre des mesures afin de répondre dans l’urgence à cette crise sanitaire, de réparer les dommages immédiats, mais aussi de moderniser l’UE et son fonctionnement de façon à en faire une union plus résiliente, notamment face à de potentielles menaces telles que la Covid-19.

 

Suite à la pandémie de Covid-19, l’UE a adopté un budget 2021-2027 qui comprend un grand nombre de mesures qui doivent permettre de pallier les dommages suscités par la crise sanitaire dans une multitude de domaines et favoriser une relance verte et numérique de l’UE (voir l’article ci-contre). Outre les programmes directement dédiés à la santé tels que EU4Health, le plan de relance et son volet NextGenerationEU comprend un programme de soutien à la reprise en faveur de la cohésion et des territoires de l’Europe REACT-EU. Ce programme participe au financement de projets en faveur de la relance écologique, numérique et résiliente de l’économie européenne, dont des projets de recherche ou développement numérique en lien avec la santé et l’offre de soins en Hauts-de-France (voir article page 6).

 

Cependant avant même cette crise sanitaire mondiale, l’UE a favorisé le développement de projets transfrontaliers ayant trait à la santé, à l’offre de soins, au médico-social, au logement ou encore à l’insertion. C’est notamment le cas du programme de coopération territoriale européenne Interreg dont l’objectif est de promouvoir la coopération entre les régions européennes et le développement de solutions communes dans divers secteurs du développement économique, urbain, rural, etc. Ainsi le programme Interreg France-Wallonie-Vlaanderen agit notamment sur les thématiques de la cohésion sociale, de la santé, de la formation et de l’emploi (voir articles pages 7 et 8).

 

Enfin au-delà des programmes de financement et de coopération mis en place par l’UE, celle-ci offre aussi la possibilité de réfléchir à un cadre réglementaire et éthique commun dans le domaine de la santé et du numérique, avec ses opportunités et ses limites (voir article pages 6 et 7).

 

 

En savoir +

Plan de relance pour l’Europe

L'UE pour la santé (EU4Health)

 

Aussi sur PF2S

Rapport sur la santé en Europe, édition 2021

Panorama de la santé en Europe 2018

 

 

 

RÉGION

 

Tempoforme, prévenir la fragilité chez les seniors


L’évolution de la démographie en Hauts-de-France prévoit un vieillissement démographique marqué d’ici 2050, soit 1,6 million de personnes de 65 ans ou plus contre 920 000 aujourd’hui, soit une hausse de 10 points. La part des seniors passerait dans la région de 15 % en 2013 à 25 % en 2050. Cette dynamique aura assurément des conséquences en termes social et sanitaire : augmentation des fragilités, de la perte d’autonomie et de la dépendance de la population.
Le contexte est également alourdi par une espérance de vie des habitants des Hauts-de-France comme la plus faible des régions hexagonales. Le risque de dépendance élevé pour notre région va impacter les politiques publiques dans plusieurs domaines, la santé bien évidemment, mais également le logement, la mobilité, l’économie. La prévention en matière de santé est un enjeu majeur des politiques de santé, un défi.

 

Ce projet devrait apporter une plus-value manifeste sur les organisations de soins de la population vieillissante et permettre d’anticiper les effets néfastes que l’on connait déjà : détérioration de l’état de santé, difficultés de prise en charge, nombre de praticiens insuffisant pour faire face à la demande. Or, l’état de pré-fragilité est potentiellement réversible.

Dans ce cadre, le CHU de Lille met en œuvre le projet intitulé Tempoforme - Parcours du bien vieillir en Hauts-de-France inscrit dans l’appel à projets « Prévenir et repérer la fragilité des retraités » de la Carsat.

 

Ce projet Tempoforme, qui vise à repérer la (pré) fragilité, consiste en la prise en charge d’usagers/patients et permettra d’investiguer et d’élaborer un plan de soins personnalisé dans une phase de leur parcours de vie selon plusieurs étapes : auto-repérage ou repérage avec l’aide d’une application numérique, consultation chez le médecin traitant, orientation vers l’espace « bien vieillir, Tempoforme » ou recours (téléconsultation - bilan de santé) à l’espace « bien vieillir ». Dans cet espace, des professionnels de santé pourront accompagner la prise en charge et la réversion de la fragilité. Plus concrètement, un local va être aménagé pour accueillir les usagers/patients repérés et permettra d’investiguer et d’élaborer un plan de soins personnalisé en balayant la locomotion, l’état nutritionnel, la santé mentale, la cognition et les capacités sensorielles.

 

Outre la Région Hauts-de-France et la Carsat, qui apportent leur contribution financière, le fonctionnement du projet est accompagné de l’IRFO (Institut des rencontres de la forme) et de la société KELINDI (start-up chargée de l’application smartphone pour le repérage de la pré-fragilité).

Le premier centre est implanté à Lille.

 

P3 tempoforme logotypes signe degrade orange rose

P3 tempoforme logotypes typographie orange 

 

 

Lancement de Tempoforme

 

L’inauguration du premier espace « bien vieillir » Tempoforme a eu lieu le 30 mai dernier au CHU de Lille, en présence de Frederic Boiron, directeur général du CHU de Lille ; du professeur Eric Boulanger, porteur médical du programme au CHU de Lille ; du professeur Dominique Chevalier, président de la commission médicale d’établissement du CHU de Lille ; de Patrick Duriez, sous-directeur de la Carsat Hauts-de-France ; de Grégory Tempremant, vice-président de la commission enseignement et recherche du Conseil régional ; et de Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France.
Après le lancement de ce premier espace « bien vieillir », d’autres espaces devraient voir le jour dans la région, un projet en cours concerne notamment la ville d’Amiens.

 

 

En savoir +

Tempoforme : un nouveau programme pour bien vieillir !

Le site du programme Tempoforme

 

Aussi sur PF2S

Parcours longévité : en France, nous vivons longtemps mais nous pouvons vieillir mieux

Les seniors, principaux utilisateurs des services à la personne

 

 

 

RÉGION

 

Le CHU de Lille et le CH de Fourmies lancent les e-consultations génétiques

 

Porté par les équipes de la clinique génétique du CHU de Lille et soutenu par la Région Hauts-de-France, le projet d’e-consultation de génétique vient de connaître un premier déploiement en Hauts-de-France grâce à un partenariat avec le CH de Fourmies. Pour les populations éloignées des grands centres de santé, l’objectif est de faciliter l’accès à des consultations de pointe.

 

P2 E consultations istockphoto 1169286607 1024x1024

Alors que 5 % de la population française est affectée par des pathologies génétiques dont la prise en charge nécessite un très haut niveau d’expertise, la rareté des centres de génétique complique l’accès aux consultations nécessaires. Les e-consultations de génétique, mises en place entre le CHU de Lille et le CH de Fourmies, permettent en partie d’apporter des solutions à ces difficultés.

 

Ce dispositif permet au patient d’accéder en milieu hospitalier proche de son domicile à des consultations de génétique, tout en étant accompagné par un psychologue qui assure le suivi entre les différentes consultations et maintient le lien entre le patient et les spécialistes généticiens.

 

Ce projet doit permettre de réduire les inégalités d’accès à l’expertise génétique au cours des différentes étapes du diagnostic, du suivi et de la prévention des maladies génétiques. Sa mise en place a nécessité l’acquisition d’un logiciel dédié et d’un matériel informatique performant, ainsi que la formation spécifique d’une infirmière et d’un psychologue du CH de Fourmies à la prise en charge des maladies génétiques. La phase pilote a débuté en avril 2022 et a déjà permis l’accompagnement de six patients. À terme, le dispositif devrait être déployé sur d’autres sites de la région.

 

 

En savoir +

Le communiqué de presse du CHU de Lille sur le lancement des e-consultations de génétique

 

Aussi sur PF2S

Évolution des consultations chez les professionnels libéraux au cours du premier confinement

Prédice, déploiement haut débit

 

 

 

RÉGION

 

L'ARS dévoile le nouveau "zonage médecins généralistes"

 

Le 26 avril dernier, l’Agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France a publié la nouvelle version du zonage régional propre aux médecins généralistes, version qui permet d’élargir le nombre de territoires éligibles aux aides favorisant l’installation et le maintien de médecins généralistes.

 

P2 NouveauZonageMedecinsGeneralistes

 

Le « zonage médecins généralistes » mis en place par l’ARS permet d’identifier les territoires où l’accès à ces professionnels de santé est problématique et d‘allouer de manière graduée des aides aux médecins généralistes afin d’y favoriser leur installation et leur maintien et ainsi renforcer l’accès aux soins dans ces territoires en difficulté.

 

Cette cartographie régionale comprend trois types de territoires : les Zones d’intervention prioritaire (ZIP) et les Zones d’actions complémentaires (ZAC), prévues au niveau national, auxquelles s’ajoutent les Zones d’accompagnement régional (ZAR), spécificité régionale. Ce dernier zonage a été créé par l’ARS Hauts-de-France en 2020 afin d’inclure un plus grand nombre de territoires dont les difficultés sont moindres, mais réelles.

 

Basé sur l’indicateur d’Accessibilité potentielle localisée (APL) de la Drees, le zonage en Hauts-de-France est aussi le fruit d’une concertation entre ARS, médecins libéraux et partenaires locaux afin de mieux prendre en compte les spécificités régionales et locales. Avec cette nouvelle cartographie, ce sont désormais 800 000 habitants supplémentaires qui pourront bénéficier des effets du zonage, soit 72 % des habitants de la région contre 65 % précédemment. Ainsi l’Aisne et l’Oise sont intégralement éligibles tandis que la couverture populationnelle varie de 94 % dans le Pas-de-Calais à 42 % dans la Somme.

 

 

En savoir +

L’ARS Hauts-de-France élargit le « zonage médecins généralistes » et étend l’accès aux aides à l’installation

Le moteur de recherche pour connaître le dispositif de l’ARS auquel une commune est éligible

 

Aussi sur PF2S

Nouveau zonage pour les médecins généralistes

L'accès aux soins chez les kinés

 

 

 

EUROPE

 

Rapport sur la santé en Europe, édition 2021

 

P11 Europe

 

Publié tous les trois ans, la nouvelle édition du rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la santé en Europe dresse le bilan des progrès accomplis et revient sur les effets de la pandémie de la Covid-19.

 

Malgré des progrès de l’ensemble des États membres de la région européenne de l’OMS dans la poursuite des objectifs de développement durable liés à la santé (en particulier mortalité maternelle et infantile), d’importantes disparités persistent entre les États, notamment pour les maladies infectieuses et la consommation d’alcool. Les populations les plus vulnérables ont été frappées plus durement par la crise sanitaire (femmes, enfants, personnes âgées, réfugiés, migrants, personnes précaires, etc.).

P11 RapportOMS1

 

Si le rapport souligne des progrès, des retards concernant les trois priorités fondamentales du programme de travail 2020-2025 sont enregistrés, retards aggravés par la pandémie de la Covid-19. Ces trois priorités sont :

• l’instauration de la couverture sanitaire universelle : si la couverture des services de santé essentiels est élevée, des lacunes demeurent (santé maternelle et infantile, maladies infectieuses, maladies non transmissibles) ;
• la protection face aux situations d’urgence sanitaire : la crise de la Covid-19 a souligné le besoin de dispositifs d’intervention d’urgence clairement définis et opérationnels. Si la coordination et la surveillance sont des points forts de la région européenne, la communication des risques et les points d’entrées sont à améliorer ;
• la promotion de la santé et du bien-être : même si elle est globalement élevée, la couverture vaccinale demeure à améliorer et, concernant les maladies non transmissibles et leurs facteurs de risques, des progrès sont à réaliser notamment sur le tabagisme et l’alcoolisme alors que les comportements sanitaires se sont dégradés en raison de la pandémie. En matière de santé-mentale et de bien-être, fortement impactés par la crise sanitaire ainsi que les confinements associés, si la mortalité par suicide est en baisse, elle reste élevée.

 

Parmi les objectifs et mesures fixés pour s’attaquer à ces difficultés, orienter et coordonner les actions visant à mieux reconstruire après la crise de la Covid-19, des initiatives phares ont été retenues, parmi lesquelles la mise en place d’une coalition pour la santé mentale, un accès équitable à la vaccination, la promotion et la production de sciences/connaissances comportementales pour obtenir les meilleurs résultats sanitaires possibles ou encore une prévention renforcée des situations d’urgence et une meilleure préparation à celles-ci.

 

 

En savoir +

Rapport complet en anglais

Résumé en français

 

Aussi sur PF2S

Plan d'action 2016 pour la santé de l'Europe

Le G7 et la santé

 

 

 

08-08-2022 | Santé

EUROPE   Lancement de l'espace européen des donnes de santé   Le 3 mai dernier, la Commission européenne a lancé le...

Lire la suite

08-08-2022 | Santé

NATIONAL   Urbanisme et santé : pour des pratiques propices à la santé   Santé publique France a dédié le dernier...

Lire la suite

08-08-2022 | Social

FOCUS   Europe & santé   Habitat Défi-Jeunes (Interreg V) - Quand l'habitat relève le défi du besoin d'accompagnement des jeunes...

Lire la suite

08-08-2022 | Santé

FOCUS   Europe & santé   InTerSanT, améliorer l'accès aux soins des populations frontalières     Depuis plus de dix ans, les habitants frontaliers...

Lire la suite

08-08-2022 | Santé

FOCUS   Europe & santé   Table ronde : l'Europe, quelles opportunités pour les acteurs de la santé numérique ?     Le 20...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 16 de la Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de juin 2022   Au sommaire de ce numéro   RÉGION 2 L'ARS dévoile le...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 15 de la Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de mars 2022   Au sommaire de ce numéro   RÉGION 2 La médiation numérique...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 14 de la Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de décembre 2021   Au sommaire de ce numéro   REGION 2 L’université d’Artois...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 13 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France d'octobre 2021     Au sommaire de ce numéro        RÉGION 2   Vulnérabilité territoriale 2...

Lire la suite

Plateforme sanitaire et sociale | Dernières publications

Numéro 12 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de juin 2021                  Au sommaire de ce numéro                 RÉGION 2  ...

Lire la suite

Abonnement

Pour recevoir les publications de la Plateforme sanitaire et sociale de Hauts-de-France, cliquez sur le bouton Abonnement

abonnementabonnement

 

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En validant ce message vous acceptez l’utilisation des cookies.